Accueil » Astuces , secrets et remèdes d'autrefois » Jardin et potager au 19ème siècle » Multiplier les pommes de terre – Technique d’autrefois
Méthodes d'autrefois pour multiplier les pommes de terre

Multiplier les pommes de terre – Technique d’autrefois


Moyens de multiplier les pommes de terre

Il en existe un assez grand nombre.
Nous allons en reproduire quelques-uns de ceux qu’indique Monsieur Parmentier .

Par oeilletons
Au lieu de couper une pomme de terre en cinq ou six morceaux , on peut enlever seulement les yeux à quatre ou cinq lignes du corps charnu de la racine.
En les plantant ensuite séparément dans un bon terrain  mais très rapprochés , ils produisent deux à trois tubercules moins gros que si l’oeilleton était accompagné de beaucoup plus de pulpe.
Il restera de la racine au 3/4 dans le sol ce qui épargnerait la semence et ménagerait une subsistance …
Par germes
Lorsque les pommes de terre ont poussé avant le moment de la plantation , on peut détacher les germes de la racine et les mettre plusieurs ensemble enterrés sans pulpe.
Ils ne fourniront pas moins de tubercules que s’ils tenaient à un morceau de la substance
charnue , mais toujours plus considérable que ceux de simples oeilletons parce que les germes alimentés d’abord par la racine  entière , ont déjà acquis  une vigueur capable de se passer de la nourriture qu’elles reçoivent.
La pomme de terre est propre à la plantation en la divisant à la manière ordinaire.
Par marcottes
Il est possible de coucher jusqu’à trois fois les branches latérales des pommes de terre , et d’obtenir de chaque branche couchée deux à trois tubercules.
Cette manière de provigner (1) la plante pourra devenir essentielle lorsqu’elle aura beaucoup poussé  en tige , et qu’il sera utile d’interrompre le cours de la sève trop abondante .
Avant la plantation, il faudra laisser assez d’espace entre chaque pied .

(1) provigner : terme utilisé pour la vigne –> mettre en terre des sarments de vigne encore liés aux pieds mères pour obtenir de nouveaux plants.