Accueil » Astuces , secrets et remèdes d'autrefois » Jardin et potager au 19ème siècle » Rechercher une source d’eau – Secret d’autrefois
Méthode d'autrefois pour trouver des points d'eau

Rechercher une source d’eau – Secret d’autrefois


Méthode pour rechercher des sources et points d’eau

Il faut , en été , avant le lever du soleil , par un temps calme et sec, se coucher le ventre contre la terre , et le menton appuyé pour regarder la surface de la campagne.
Si l’on aperçoit un endroit qui n’est ni marécageux ni humide, où il s’élève des vapeurs ondoyantes  , il faut fouiller à cet endroit .
Un second indice, à peu près semblable , est lorsque après le soleil levé , on voit comme des nuées de petites mouches qui volent sur place .
On peut aussi en conclure qu’il y a de l’eau à cet endroit .

Pline parle d’une autre méthode pour découvrir les sources cachées qu’il a lui-même testée : il dit qu’il faut observer les endroits où se tiennent les grenouilles , et , si on en découvre un où elles se tiennent et se taisent en pressant la terre, on peut être certain d’y trouver des sources d’eau ou au moins des filets d’eau.
Les grenouilles, dit il , recherchent les vapeurs qui se dégagent de ces endroits.

Les signes les plus sûrs qui indiquent les veines d’eau cachées dans la terre, sont les joncs, les roseaux , le cresson , le baume sauvage , l’argentine , le tussilage  , et autres plantes aquatiques qui croissent dans certains endroits sans que les eaux marécageuses les nourrissent.

En général , pour trouver des sources d’eau , on doit examiner l’aspect du terrain ,
la situation des lieux et la nature des terres.

Le mois d’Août est le meilleur mois pour chercher des  sources d’eau  parce que si on en trouve , on est  assuré d’en avoir pendant les autres saisons de l’année.

C’est principalement à la pente des montagnes qui regardent le nord, qu’il faut chercher les eaux car la terre y étant moins desséchée par le soleil .
Les sources d’eau se trouvent plutôt du côté des collines et des montagnes qui sont exposées aux vents humides et pluvieux.

La terre noire contient la meilleure eau .
Celle qu’on trouve dans une terre sablonneuse, pareille à celle qui est au bord des rivières, est aussi très bonne mais on a remarqué que la quantité est médiocre , et les veines peu certaines.

Les eaux sont assez bonnes dans le sable rude , dans le gravier , dans le cailloutage brun et autres pierres et dans les sables et pierres rouges, elles sont bonnes et abondantes.
Ordinairement , l’eau qu’on trouve dans la craie n’est ni bonne ni abondante.

Il faut noter que les montagnes les plus escarpées fournissent le moins d’eau , et que celles qui , au contraire , ont une pente douce , et qui sont couvertes de beaucoup de verdure , renferment d’ordinaire quantité de rameaux dont les eaux réunies sont abondantes et saines.

On doit creuser le terrain pour trouver ces sources , jusqu’au lit de glaise qui les retient.
Lorsqu’il n’y a pas d’étang visible , le plus sûr moyen pour découvrir les sources est de creuser le terrain , d’amener à la surface les différentes couches de terre  , et d’examiner si elles donnent quelques indices d’eau.
On fait cette opération avec de longues tarières (1).

(1) tarière : une tarière est un outil permettant de percer le sol , en forme de gouge, de cuillère ou de spirale